Dans la réplique des faits et des causes, un implacable cauchemar à 130 morts. Comme toujours en effet depuis Mohamed Merah, les terroristes sont :

– connus des services de police et de renseignement, fichés, signalés et (en théorie) surveillés « radicalisés… islamistes », certains depuis six ans,

– des bandits, certains huit à dix fois condamnés. D’autres, pire encore : le pedigree du »logeur de Saint-Denis » est un effarant abrégé du Code pénal : homicide, détentiond’armes – même, violences conjugales.

Documents joints

Lire l’article complet au format PDF