Aveu : l’auteur allait débuter cet article en s’inquiétant du côté effacé du ministre de l’Intérieur ; d’une possible fragilité, gênante pour dompter le plus rude des ministères. Eh bien, l’auteur avait tort. Car – coup de tonnerre dans un ciel bleu – voilà que, suite aux « dysfonctionnements graves » à leur préfecture, suivis de l’assassinat de deux étudiantes à la gare Saint-Charles de Marseille, M. Collomb limoge sec le préfet du Rhône et son secrétaire général.

Documents joints

Lire l’article complet au format PDF