LES récentes interpellations effectuées dans l’affaire Kardashian – le braquage « à domicile » de cette médiatique créature étant assez illustre pour qu’on s’abstienne de revenir dessus – nous éclaire largement, à la fois sur les insuffisances d’un système policier français trop rétroactif et sur la tendance d’une partie de nos médias à faire désormais, en matière de crime, de l’information factice – quand ils ne censurent tout bonnement pas ce qui les défrise. Abordons ces deux points tour à tour.

Documents joints

Lire l’article complet au format PDF