Enoncés ci-après, ces graves crimes sont TOUS advenus ces trois derniers jours. TOUS, dans les fameux « quartiers prioritaires de la politique de la ville » (QPV). Il en va de même, homicide après homicide, émeute après émeute, lynchage après lynchage, trafic après trafic, incendie après incendie, dans ces mêmes QPV, jour après jour et toute l’année, depuis désormais quarante ans et plus ; le chaos s’aggravant en outre d’année en année.

Au point que désormais, il est possible de diagnostiquer sans exagérer que la France a un problème criminel et un seul, celui de ces ghettos hors-contrôle livrés à des bandes armées et autres narco-milices ; et qu’y rétablir l’ordre une bonne fois pour toutes ferait s’effondrer, de moitié voire plus, nos statistiques criminelles nationales.

Documents joints

Lire l’article complet au format PDF