Selon une enquête du Figaro ce 13 février, 777 agressions type « violence gratuite » (violences non crapuleuses, n’ayant pas pour but de voler) seraient commises en France chaque jour, 283.631 infractions déclarées (+3.4% sur un an) pour toute l’année 2017, traduisant une « impulsivité et une agressivité grandissantes » dans le pays. Comment est advenue la banalisation de ces actes ? Quels paramètres entrent ici en jeu, éducation, rapport à l’autorité ou gestion de la frustration ?

Documents joints

Lire l’article complet au format PDF