« Les loups de l’Inde méprisent Tabaqui-le-chacal, qui rôde partout, faisant du grabuge, colportant des ragots et mangeant les chiffons et bouts de cuir des ordures de villages. Ils le craignent aussi, car plus que tous dans la jungle, Tabaqui est sujet à la rage ; alors, il oublie sa peur et court par la forêt, mordant ce qu’il trouve sur sa route. »
Le Livre de la Jungle

Cinéma, théâtre de boulevard : du XIXe siècle à l’après-guerre, la pipelette fut une star du répertoire comique ; une dame un peu aigre, voyant le mal partout et carburant au blanc sec du bistrot voisin. Dans un argot aujourd’hui aboli où Bignoller signifiait espionner, la pipelette était aussi la bignole. De Fantômas à Nestor Burma ; Maigret bien sûr, l’enquêteur « tamponnait » d’abord l’inévitable bignole de l’immeuble : tout lecteur de polar sait ça.

Documents joints

Lire l’article complet au format PDF