PERMANENCES, ÉVOLUTIONS, RECOMPOSITIONS

Cette étude ne vise délibérément pas à l’exhaustivité. On n’y trouvera pas tout sur toutes les formes de criminalité organisée opérant en France au début du XXIe siècle. Cette étude offre en revanche une perspective sur la recomposition et les évolutions du milieu criminel depuis la fin du XXe siècle. C’est un exercice de topographie criminelle 1– de topographie évolutive et ouverte vers l’avant.
De ce fait et en tant que telles, nombre d’activités et de scènes criminelles sont absentes de cette étude. Ces scènes peuvent être importantes, ces activités destructrices (proxénétisme/prostitution, trafic d’êtres humains,…) ou traumatisantes pour la population (cambriolages), concerner des milieux criminels dangereux et actifs (Corses, Gitans, Italo- Grenoblois,…) ou enfin attenter à l’économie (fraudes, escroqueries, arnaques diverses,…).
Elles ne sont cependant pas essentielles, décisives pour l’évolution du milieu criminel de la France métropolitaine, mais relèvent plutôt du fond de tableau.
D’autres aspects de l’activité criminelle en France manquent dans cette étude, car ils sont si importants qu’ils demandent à eux seuls une étude complète. Nous en citerons deux …

Documents joints

Lire l’article complet au format PDF