Après la tuerie perpétrée dans les locaux de Charlie Hebdo, les officiels, notamment le Premier ministre, avouent des « failles » dans le dispositif antiterroriste. Qu’en pensez vous ?

C’est un réel plantage du Renseignement intérieur, la DGSI. C’est même le quatrième à la file : Merah, Nemmouche, le « Bilal » de Joué les Tours et maintenant le double drame Charlie Hebdo – Hyper-Casher. Issu d’une fusion ratée entre les ex-Renseignements Généraux et de la DST, ce service semble ignorer que les terroristes jihadis « pur sucre » à la Ben Laden n’existent plus et que désormais, le péril vrai vient d’hybrides, voyous réislamisés… toxicomanes… alcooliques parfois… psychotiques, même ; agissant seuls ou en petits noyaux familiaux, fratries, etc. Même si, soyons justes, le refus de l’instance de contrôle de prolonger des écoutes sur Kouachi, au nom des « libertés », n’a rien fait pour arranger les choses …

Enfin, que ces hybrides dangereux n’évoluent pas en Irak/Syrie, mais en France même, sous leur nez – regardez où adviennent les attaques, et d’où partaient ces « gangsterroristes » : Toulouse… Joué-les-Tours… Charleville Mézières.

Il y a donc eu une vraie erreur de diagnostic sur la nature et la localisation du péril crucial – ce que j’ai écrit dix fois depuis un an. Or maintenant, on a la preuve de cela. Lors même de la prise d’otages de l’hyper-casher de Vincennes, le terroriste Coulibaly a déclaré à un média, je cite « n’être pas parti en Syrie pour ne pas attirer l’attention ». Or des mois durant, ensemble, des médias, des ministres et autres officiels du ministère de l’Intérieur ont seriné que le vrai et seul danger émanait des jihadis rentant d’Irak ou de Syrie : ils se sont fait berner par les Kouachi, Coulibaly & co.

Documents joints

Lire l’article complet au format PDF