Qui oserait publier des statistiques sur l’évolution des cancers ou du Sida, dans une rubrique « anodins bobos » ? Or c’est ce que fait le gouvernement français, en ayant banni le mot « crime » de son vocabulaire et baptisé « chiffres de la délinquance » ce qui concerne plutôt des crimes sérieux. Or bien sûr, l’opinion s’inquiète des crimes : braquages, séquestrations et autres, pas de futiles « délits » comme le vol de bonbons au supermarché. Cette sémantique édulcoration est due à des « communiquants » ou publicitaires obsédés par l’anxyogène, tous ayant compris que l’électeur, ou consommateur, est mieux disposé quand il vit au calme, que quand il erre entre affolement et émotions violentes.

Documents joints

Lire l’article complet au format PDF