Pauvert-Suger, 1986

« Une femme court en moyenne 250% de risques de plus d’être battue par son conjoint qu’agressée dans la rue.

80% des crimes violents sont intra-raciaux.

Le cambrioleur banal type est un garçon de 17 ans et opère dans les deux-tiers des cas à moins de 1 500 mètres de son domicile et jamais plus loin.

Sur une population délinquante donnée, 5% des familles produisent presque 50% des arrestations recensées.

A peu près 50% de la totalité des crimes connus sont commis par environ seulement 10% des malfaiteurs recensés, les « prédateurs violents », dont un ensemble de paramètres efficaces permet l’identification au milieu de délinquants « primaires » en apparence identiques.

Les découvertes américaines de la criminologie expérimentale moderne nous enseignent qu’une politique criminelle est une combinaison patiente d’analyses approfondies, de programmes expérimentaux et enfin, d’évaluations sérieuses. C’est sur place, aux Etats-Unis, que Xavier Raufer a été les étudier. Elles sont rapportées ici pour la première fois.

Ce quart de siècle a vu s’effondrer toutes les théories irréalistes échafaudées depuis cinquante ans par les criminologues. Le résultat : une hécatombe d’utopies, du fatalisme répressif au laxisme progressiste. Mais qu’on ne s’y trompe pas. Si cet ouvrage a la lucidité de dénoncer bon nombre de carences et d’absurdités, il a également et surtout le mérite de montrer que des solutions existant. »