Une justice de qualité est-elle encore rendue en France, à l’automne 2016 ? Doutons-en car le (fort pâle) garde des Sceaux lui-même parle d’une justice « exsangue ». Situation d’autant plus grave que bien sûr, la justice est la clé de voûte de tout Etat de droit.

Commençons par une – affligeante – visite du domaine judiciaire. Déjà, il est bien sousdimensionné : par rapport à la moyenne de l’Union européenne, la France compte quatre fois moins de procureurs et deux fois moins de juges.

En France même et à l’automne 2015, le président de la conférence des procureurs dénonce « la faillite du service public de la justice » et – fait rarissime – les forts mutiques procureurs généraux élèvent désormais la voix. Tous dénoncent « des retards persistants d’exécution des décisions » et des « difficultés croissantes à faire fonctionner les chambres et fixer les audiences ». Ainsi, en juin 2016 « au tribunal de Bobigny, 7 300 peines attendent d’être appliquées ».

Documents joints

Lire l’article complet au format PDF