Toujours plus semblable à un banc de poisson, le choeur de la presse d’ »information » ne dit plus qu’une seule et même chose, et en même temps. Excluant analyses ou expertise sérieuse, cet inquiétant panurgisme influence l’opinion et des politiciens vivant eux-mêmes en symbiose, voire en couple, avec des journalistes.

Cas d’école, le terrorisme salafi-jihadi, que ces médias d’ »information » nous présentent récemment comme enragés contre la France. Un « 11 septembre » approche ! Le pays grouille de réseaux dormants ! Rentrés de Syrie, de jeunes islamistes vont y semer la terreur !

Or cela est douteux. consultation faite des principaux analystes officiels et experts de terrain, ceux-ci, et l’auteur de ces lignes, s’accordent sur les cinq points suivants, qui eux, délimitent clairement la menace, telle qu’elle existe aujourd’hui :

1 – En mai 2011, l’élimination d’Oussama ben Laden a vu disparaître le courant salafi-jihadi autonome, maître de sa stratégie et de ses cibles. Criblés de missiles, traqués par des drones, les « derniers des Mohicans » de ce qui fut al-Qaïda sont terrés dans des trous, et frappés dès qu’ils en sortent.

Documents joints

Lire l’article complet au format PDF