Un conte de l’ancienne Chine évoque ce paysan niais qui soulève un rocher – et le laisse retomber sur son pied. C’est l’inconfortable situation du ministre de l’Intérieur, qui a voulu un outil de comptage plus professionnel du crime (comme d’usage baptisé « délinquance » pour endormir l’électeur) – et voit ce « Service statistique ministériel de la sécurité intérieure » (SSMSI) confirmer les alertes répétées de l’auteur qui depuis 2014, dans Atlantico notamment, signale qu’enfle en France une grosse vague criminelle. Eh bien, cette vague, la voilà.

Documents joints

Lire l’article complet au format PDF