Sous M. Cazeneuve sévissaient des sortes de Femen médiatiques, menaçant les journalistes de les priver d’informations. Arrive M. Le Roux qui lui, ment carrément et claironne une « Tendance globale à la baisse [de la délinquance] depuis le début du quinquennat ». Bobard si énorme que récemment, le plutôt docile (et fort officiel) Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) critique au napalm le « Bilan de la délinquance 2016 », publié par le service des statistiques du ministère de l’Intérieur (SSMI) et présenté par le ministre ; fustigeant la « partialité des chiffres », le « risques de maquillages statistiques » et les « ruptures statistiques » – du bidouillage en bon français.

Documents joints

Lire l’article complet au format PDF