Suite à L’interview de leur ministre dans le Journal du Dimanche écoulé, inquiétude chez des patrons de la police et hauts cadres du ministère de l’Intérieur. Pour eux, le discours ministériel donne une pénible impression d’archaïsme et semble remonter à 2010, époque où la situation criminelle était toute autre. Pour ces familiers de la Place Beauvau, c’est le signe que le ministre méconnaît les affaires de sécurité et s’est fait « enfumer » par son cabinet-police, classique et courtisane dissimulation de la gravité de la situation. Voyons maintenant le contenu de l’entretien lui-même.

Documents joints

Lire l’article complet au format PDF