« Bourgeoise » ou « prolétarienne », la gauche adula jadis Mao Zedong. Début 1961, de retour de Chine, François Mitterrand affirme à L’Express (23/02/1961) que Mao est « un humaniste » et que « Le peuple chinois n’est en aucun cas au bord de la famine ». Or de 1958 à 1962, le « Grand bond en avant » de Mao fait 36 millions de morts – plus qu’en 1939-1945, famines, tortures, cannibalisme, nécrophagie, massacres massifs – 45 millions en incluant le passif démographique ; 450 fois Nagasaki. En pleine paix, sans nul désastre naturel – juste un délire idéologique du « Grand Timonier ».

Documents joints

Lire l’article complet au format PDF