Préface de Thomas Flichy de La Neuville – Contributions d’Olivier Hanne et de Xavier Raufer – 2015

Dans un livre qu’il faut lire, le chapitre de XAVIER RAUFER sur « migrations et crime »

Une prédation mondiale : migrations et crime organisé

INTRODUCTION
«Le nombre de migrants et de réfugiés a explosé au XXIe siècle dans le monde » (Le Monde, 3 septembre 2015). Le problème existe donc bien en soi. Fin 2005, la planète comptait 19,4 millions de réfugiés… migrants… demandeurs d’asile… déplacés ou apatrides (hors rapatriés suite à un exil) ; en janvier 2015, on en dénombre quelque 53 millions dont 12 millions de réfugiés syriens et 4 millions d’Irakiens. À l’origine de ces récentes et mondiales vagues migratoires, 14 conflits recensés de 2010 à 2015 : 8 en Afrique, 3 au Moyen-Orient, 3 en Asie, un en Europe. Pour mémoire, la France hébergeait fin 2014 environ 310 000 de ces réfugiés et demandeurs d’asile.
Maintenant : ces millions de « migrants » avancentils d’eux-mêmes ? Ces flots humains traversant mers et continents, sont-ils spontanés ? Ces milliers de camions, de barques et bateaux qui les transportent, sont-ils disponibles au bord des routes ou des plages, attendant le « client » ? Et les milliers d’abris temporaires pour ces clandestins, planques, points d’eau et lieux d’hébergement de par le monde sont-ils dus à l’opération du Saint-Esprit ? Non bien sûr. Car depuis la Physique d’Aristote en effet nous savons (ou devrions savoir) qu’on ne voit jamais une force mais toujours, ses effets. Ainsi ne voit-on jamais le vent, mais bien s’agiter les branches d’arbres, etc.
Dans notre sujet, l’effet, ce sont bien sûr ces immenses colonnes de « migrants » entrant en Europe. Mais la force ? L’ONU répond à cela en février 2013, dans un rapport fourni (AFP, 13 février 2013) sur le trafic des êtres humains (ci-après TEH), concernant 132 pays de la planète. Une mondiale activité criminelle qui affecte 136 nationalités différentes, et 118 pays au monde ; en majorité des femmes avec une récente hausse des trafics d’enfants (2/3 de filles)1. À l’échelle mondiale, le travail forcé frappe 20 millions « d’esclaves modernes ». En février 2013, le ministre britannique en charge des migrations affirme ainsi que « les gangs criminels organisés jouent un rôle majeur dans l’immigration illicite au Royaume-Uni ».
Les flux migratoires sont d’abord animés et exploités par cette opportuniste et prédatrice nébuleuse criminelle :
démontrons-le.

Documents joints

Lire l’article complet au format PDF