e-mail : xr@xavier-raufer.com

Accueil / Etudes et articles / Autres articles / 2012 / Mohamed Merah, boyʼs band le plus incompris de la planète

Mohamed Merah, boyʼs band le plus incompris de la planète

Ring - mars 2012

Puisquʼil sʼagit ici dʼexpertise et dʼavis éclairés, cette préalable inquiétude : depuis le drame de Toulouse, où est passée la « culture de lʼexcuse » ? Où sont donc les Diafoirus-sociologues qui, hier encore, vitupéraient la criminologie et les criminologues ? Les voici désormais murés dans un total silence-radio. Une stratégie type chacal, exprimable par ce petit diptyque : « Risque zéro, glapir tout haut - Quand ça craint trop, silence radio ». Du coup, nous avons été privés des habituels commentaires des Diafoirus sur les « misérables victimes de lʼexclusion et du racisme » ; sur les exactions définies comme autant dʼ« embrouilles » montées du fait dʼun « déficit dans lʼaccès à lʼestime de soi » ; le tout provoqué bien sûr par « le chômage et la déstructuration de lʼindustrie usinière ». Fini lʼémoi trouble des Diafoirus devant les « performances viriles ou transgressives », visant des « cibles par défaut qui maîtrisent moins des stratégies de mobilité » - des enfants dʼune école, par exemple. Seules deux enseignantes un peu émotives ont osé présenter Merah comme une victime - mais lʼadministration a vite parlé de dames « fragiles » et « suivies psychologiquement » - telles sont les dernières pom-pom girls de la culture de lʼexcuse.

Documents joints