e-mail : xr@xavier-raufer.com

Le criminel, sa vie, son œuvre.

Sécurité Globale - Eté 2012

Ces cruciales caractéristiques, les gens honnêtes (politiciens et hauts fonctionnaires y compris...) les ignorent le plus souvent, ou pire, croient les connaître du fait qu’ils ont jadis vu Le Parrain au cinéma. Ce qui revient à s’estimer psychiatre, pour avoir parfois feuilleté Psychologie Magazine. Or, les criminels sont tout sauf le double inversé des honnêtes gens et ne fonctionnent pas comme tels. Bien plus encore, le comportement des malfaiteurs obéit partout et toujours à des règles spécifiques. Impératives et logiques, ces règles ressemblent à celles qui régissent les autres modes d’évolution humaine en milieu hostile : alpinisme, plongée sous- marine, exploration spatiale – et donc, la clandestinité dans laquelle vivent d’usage les criminels.
Le milieu criminel est clairement de type darwinien : seuls les mieux adaptés y survivent. S’y établir et y durer impose ainsi de respecter quelques règles immuables (la physique nomme cela des invariants) et ce, non par goût ou choix personnel, mais par vitale obligation : se soustraire à ces règles (ou lois, telle la loi de la pesanteur) provoque en effet rapidement la capture ou la mort du malfaiteur...